Faut-il nourrir bébé avec du bio ?

De nombreux parents inquiets par les quelques cas de  » vaches folles  » ou autres affaires de dioxines se tournent progressivement vers le bio pour nourrir leurs enfants.

Mais cette alimentation est-elle vraiment adaptée, ou meilleure pour le tout-petit?

L’agriculture biologique est  » un mode de production exempt de produits chimiques de synthèse « , selon la définition réglementaire du ministère de l’Agriculture. C’est-à-dire que les agriculteurs n’utilisent ni engrais chimiques, ni pesticides ou insecticides. Leur bétail est nourri avec des aliments à 90% d’origine biologique, donc pas de farine carnée ou de déchets de l’industrie agro-alimentaire, et les antibiotiques sont interdits. A priori, il n’y a là que du bon.

Des petits pots de qualité équivalente

Pourtant, du moins tant que bébé se nourrit de purées et petits pots, l’alimentation biologique n’est pas forcément préférable à l’alimentation conventionnelle. En effet, il n’est pas prouvé que les aliments biologiques soient de meilleure qualité nutritionnelle. Il n’y a pas plus de vitamines dans une carotte bio que dans une autre non bio. Et surtout, la législation concernant les aliments destinés aux nourrissons et enfants en bas âge est déjà très stricte. Ils ne peuvent contenir ni colorant, ni conservateur. En dehors des fruits, légumes, viandes, poissons ou céréales utilisés et précisément référencés sur l’étiquette, seuls sucre, sel, eau de cuisson et épaississant (amidon de riz ou farine de graine de caroube) peuvent être utilisés. Les éventuelles traces de pesticides dans les fruits et légumes doivent être inférieures à 0,01 mg par kg. Enfin, les viandes utilisées dans les petits pots pour bébé ne comportent ni dérivés bovins (abats, cervelle…), ni morceaux de viandes séparés, pour éviter tout risque d’ESB.Les petits pots ou purées maison bio n’ont alors pour seul avantage que leur absence d’adjonction de sucre (et encore, ce n’est pas toujours le cas), et ont toujours l’inconvénient du coût, le bio est bien plus onéreux que le conventionnel.

Des produits frais plus sécurisants

En revanche, le jour où vous déciderez d’arrêter les petits pots, les produits issus de l’agriculture biologique retrouveront tout leur intérêt pour l’alimentation de votre enfant. Dénués, ou presque, de pesticides, d’insecticides, et d’une teneur réduite en nitrate, les fruits et légumes bio ont aussi un goût plus  » vrai « , même s’il n’est pas toujours plus agréable au palais. Un bémol cependant pour les yaourts bio, qui ne contiennent pas encore assez de ferments lactiques pour l’enfant.