L’origine de la dyslexie

Difficulté ou impossibilité durable d’acquisition du Langage écrit, de la lecture, chez un enfant ne présentant par ailleurs aucun trouble sensoriel (visuel, auditif), ni trouble psychologique important et, avec un niveau intellectuel normal.

La dyslexie, trouble touchant l’apprentissage de la lecture, se rencontre chez environ 10 % des enfants d’âge scolaires, et plus chez les garçons que chez les filles.

Ces enfants présentent souvent d’abord une difficulté au niveau du langage oral, avec notamment des confusions de sons (« t  » et « d « ), des difficultés de repérage dans l’espace et le temps.

L’apprentissage de la lecture va ensuite être très difficile. En effet, le dyslexique peut confondre, inverser des lettres ou des syllabes qui se ressemblent (« q  » et « p « ), hésiter, ou encore oublier la dernière lettre d’un mot (« cil  » prononcé « ci « )… Erreurs que l’on peut fréquemment rencontrer au début de l’apprentissage de la lecture mais qui persistent chez ces enfants.

L’origine de la dyslexie ?

Un certain nombre de secteurs sont explorés mais, c’est actuellement la piste neurologique qui est mise en avant. Il a été découvert que le cerveau des dyslexiques présentait certaines anomalies qui entraîneraient plus de difficultés dans certains domaines que chez la plupart des gens. Sans entrer dans le détail de ces particularités cérébrales, on donnera comme simple exemple qu’il est plus difficile pour les dyslexiques de faire une distinction entre les sons, d’associer des lettres à un son (phonème) et un son à des lettres.

Pour leur apporter l’aide la meilleure qu’il soit, il est important que ce trouble puisse être détecté le plus précocement possible, dès la maternelle. Dans le cas contraire, cela peut conduire à l’échec scolaire. Or, les personnes qui pourraient donner le signal d’alarme, notamment les instituteurs, ne sont pas suffisamment informés sur la dyslexie au cours de leur formation pour être à même de la détecter. Les difficultés de l’enfant sont malheureusement souvent perçues comme la conséquence, par exemple, de problèmes dans le milieu familial ou de la fainéantise de l’enfant… Cette perception peut avoir de lourdes conséquences pour l’avenir de l’enfant, pouvant se retrouver placé dans une structure scolaire inadaptée à son trouble.

Il est donc indispensable que les difficultés de l’enfant à lire et écrire fasse réagir les personnes concernées pour qu’il soit orienté vers un psychologue scolaire et/ou un orthophoniste. Les parents eux-mêmes doivent être attentifs à leur enfant et à d’éventuelles difficultés pour agir suffisamment tôt et en partenariat avec les enseignants, les médecins et rééducateurs qui pourront faire un bilan (orthophonique, auditif, visuel, etc.)

Les difficultés de l’enfant seront ainsi évaluées au mieux et la prise en charge la plus adaptée sera prescrite. Pour être efficace, elle doit être assez longue même si l’on constate une véritable amélioration.

Plus la dyslexie sera diagnostiquée et prise en charge tôt et plus les chances d’évolution seront grandes.

Pour en savoir plus :

Association des Parents d’Enfants Dyslexiques (APEDYS)

Domaine de Villepreux, Cantelaude, 33160 Saint-Aubin-du-Médoc

Tél. : 05.56.95.74.58

Dyslexia : Association de parents, de professionnels et d’adultes.

274 bd Raspail, 75014 Paris

Tél.: 01.43.35.31.05

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *