Syllogomanie : un trouble qui s’aggrave avec le temps

syllogomanie

En France, la syllogomanie pourrait toucher près de 5 % de la population française selon le magazine « francetvinfo.fr ». Le fait d’accumuler des objets inutiles de façon compulsive peut sembler être sans danger pour les personnes qui sont atteintes. Ce comportement peut devenir menaçant lorsqu’il devient une véritable obsession pouvant entraîner une grave dépression. Des thérapies existent pour aider le patient à vivre une vie normale.

Quelles sont les caractéristiques de cette pathologie ?

Une personne est dite atteinte de syllogomanie si elle est dans l’incapable de se débarrasser d’objets sans intérêt ou abîmés. Plus d’informations sont à voir ici. Selon la neuropsychologue Hélène Barbarit-Thomas, le patient qui souffre de ce trouble est en perpétuel doute. Il souffre d’un important trouble psychique, il est dans l’impossibilité de prendre une décision. Résultat, l’espace de vie de la personne devient encombré pouvant causer des risques d’incendie ou d’inondation.

Quelles sont les causes de la pathologie ?

Jusqu’à ce jour, les origines de cette pathologie restent floues. Toutefois, ce mal est considéré par beaucoup de spécialistes comme faisant partie du trouble obsessionnel compulsif ou TOC. Il se manifeste dans le cadre d’affections comme la schizophrénie, les troubles mentaux organiques, l’hyperactivité, le stress post-traumatique…

Quel traitement adopter ?

Le seul traitement connu reste un tri régulier des objets. Pour cela, le thérapeute doit passer au moins une fois par mois dans le domicile du patient afin de procéder à ce tri. Le but étant d’améliorer les conditions de vie du malade. Cette thérapie s’accompagne d’une aide psychologique avec la souscription de médicaments pharmacologiques.

Quels sont les facteurs aggravants ?

Avec le temps, une personne syllogomane se retrouve dans l’isolement social. Il a du mal à établir une relation affective stable. Plus le sentiment de solitude est installé, plus le besoin d’accumuler des objets augmente, déclare encore la neuropsychologue. Dans ces conditions, le trouble peut même entraîner des accidents de la vie comme une séparation avec le conjoint ou encore le chômage.

Syllogomanie : quelles sont les personnes les plus touchées ?

La syllogomanie n’apparaît pas pendant l’enfance. Elle survient durant la préadolescence et s’intensifie avec l’âge. Les cas les plus sévères ont été constatés chez les patients âgés de plus de 60 ans. Ceux qui sont âgés entre 70 et 80 ans sont les plus concernés. Quelques études scientifiques permettent de rapporter que les hommes sont plus touchés par rapport aux femmes. Pour ces dernières, ce sont celles qui vivent seules qui risquent plus d’être atteintes par cette pathologie. D’ailleurs, le syndrome survient souvent suite à un choc psychologique tel que la perte d’un être cher par exemple.

Comment diagnostiquer la maladie ?

Un diagnostic sur la syllogomanie s’appuie sur le fait que le patient ressent un besoin excessif d’accumuler des objets inutiles dans son logis. Ce trouble apparaît léger au début, il s’aggrave au fil du temps. Le malade présente une négligence totale de l’hygiène. Il est dans l’incapacité de nouer des relations avec les autres. Il refuse l’aide des autres et demeure dans l’isolement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *