Règle numéro 1 : ne jamais céder aux caprices de son enfant

Règle numéro 1 : ne jamais céder aux caprices de son enfant

Établir des limites avec les enfants peut être difficile. Ils peuvent mendier, marchander, pleurer, accuser ou exiger sans relâche. Certains parents peuvent céder juste pour éviter une bataille. D’autres se sentent coupables de décevoir leurs enfants. D’autres encore se retrouvent à dire non à pleins poumons.

Ne pas céder à leurs caprices est une responsabilité importante pour les parents. Votre enfant ne vous remerciera pas d’avoir dit non, mais parfois un non est la meilleure chose que vous puissiez faire pour lui. Des montagnes de recherches montrent que le style parental qui est le plus bénéfique pour les enfants implique une combinaison de chaleur et de limites.

Voici sept situations où vous devrez peut-être dire non à vos enfants et quelques suggestions sur la façon de le faire.

1) Dire non quand leurs actions pourraient blesser quelqu’un ou briser quelque chose.

La prévention des préjudices est la principale raison de dire non. Les enfants peuvent avoir de la difficulté à anticiper les mauvais résultats et ils ont donc besoin de l’aide d’un adulte pour les aider à faire des choix judicieux. Ce genre de non aide les enfants à apprendre à penser à l’avenir.

Offrir une alternative peut rediriger les enfants vers des activités plus sécuritaires. Exemple : « Non, tu ne peux pas sauter sur le canapé. Quelqu’un pourrait se blesser sur la table pointue, ou le canapé pourrait casser. Si tu veux sauter, s’il te plaît, va dehors. »

2) Dire non quand ils peuvent le faire par leurs propres moyens.

Parfois, les enfants demandent aux parents de faire pour eux des choses qu’ils pourraient faire par eux-mêmes. Bien qu’il n’y ait rien de mal à recevoir une faveur occasionnelle d’un parent, les enfants ont besoin d’entraînement pour devenir compétents et pour se considérer comme contribuant de façon positive à la famille. Ne pas toujours céder à ce genre de caprices aide les enfants à apprendre à être autonomes.

3) Refuser quand ce n’est pas une nécessité

Nous sommes constamment bombardés de publicités, mais acheter tout ce qui plaît n’est ni sain ni sage. Bien qu’une gâterie occasionnelle puisse être amusante, vous ne devriez certainement pas vous sentir obligé d’acheter tout ce qui plaît à votre enfant. Refuser aide les enfants à apprendre à tolérer la déception et à reconnaître qu’ils peuvent aimer quelque chose sans l’avoir. Vous pouvez reconnaître le souhait de votre enfant tout en ne cédant pas à l’achat d’un article dont il n’a pas besoin. Exemple : « Non, nous n’allons pas l’acheter, mais je comprends pourquoi tu l’aimes ! C’est très beau. »

Refuser quand ce n’est pas une nécessité

4) Dire non quand les plans changent

La vie est ainsi faite. Même lorsque nous avons l’intention de faire ce que nos enfants veulent, il arrive que les circonstances s’y opposent. Ne pas toujours accepter de faire ce dont ils ont envie les aide à apprendre la patience et la flexibilité. L’élaboration d’un nouveau plan spécifique peut aider votre enfant à faire face au retard.

5) Dire non lorsque les besoins (temporaires) d’une autre personne sont plus importants.

Les enfants sont naturellement égocentriques, mais le fait de tenir compte des besoins de quelqu’un d’autre leur permet de passer à autre chose. Cela aide les enfants à apprendre la générosité. Le fait de peindre une image vivante des sentiments de l’autre personne permet aux enfants d’embrasser plus facilement des choix gentils. Exemple : « Non, tu ne peux pas aller avec tes amis samedi. Ça a l’air sympa, mais on fête l’anniversaire de grand-mère. Nous aimons grand-mère, alors nous voulons nous assurer qu’elle passe un bon moment le jour de son anniversaire. Je sais qu’elle a hâte de passer du temps avec toi. Elle se sentirait blessée si tu ne venais pas. »

6) Dites non quand vous n’apprécierez pas de faire quelque chose.

Le ressentiment est un poison dans toute relation. Il vaut généralement mieux ne pas faire quelque chose que de le faire avec amertume et colère. Ne pas céder aide les enfants à apprendre les limites saines ou à faire des compromis.

Vous pouvez peut-être suggérer une solution de rechange plus facile à faire pour que votre enfant accepte plus facilement. Exemple : « Non, je ne peux pas t’inscrire à ce club de foot trop loin parce que je ne veux pas passer toute la journée du samedi en voiture pour aller à des matchs lointains. Samedi, c’est notre temps familial. Je serais ravi de t’inscrire dans l’équipe locale, ce qui est moins fatigant pour les parents. »

7) Dites non quand c’est contre vos valeurs

Nous enseignons nos valeurs à nos enfants à travers les choix que nous faisons. Parfois, vous avez l’impression et votre enfant peut protester haut et fort que vous êtes le seul parent à prendre une certaine décision, mais vous devez être fidèle à vos croyances chères. Ce genre de non enseigne aux enfants les priorités et l’intégrité.

Il peut être utile d’expliquer à votre enfant la raison de votre choix (impopulaire), mais ne vous sentez pas obligé de convaincre votre enfant que vous avez raison. Vous êtes, après tout, le parent.