Pourquoi a t-on besoin d’idoles ?

Le role des idoles dans notre vie

Elles sont séduisantes, extravagantes, déroutantes, intelligentes, bref, fascinantes… les idoles. Pourquoi les aime-t-on, elles que nous ne connaîtrons jamais intimement ?
Explications…

Idole, qui es-tu ?

Hier religieuse, l’idole exigeait dévotion et sacrifice pour obtenir ses grâces. Aujourd’hui, le mot idole désigne généralement une personnalité qui nous séduit au-delà du raisonnable sans jamais… nous rencontrer ! Il peut s’agir d’un(e) artiste, d’un(e) sprotif(ve) ou d’un proche (ami, prof). Et c’est surtout à l’adolescence que cette fascination est la plus vive.  » Les ados, commente le Docteur Ageef, pédospychiatre, sont troublés par les changements physiques et psychiques qui s’opèrent à la puberté. Ils sont déstabilisés, cherchent des modèles, et comme les parents n’ont plus vraiment la cote à ce moment-là, ils s’identifient ou fantasment sur un être extérieur « .

Idole, que fais-tu ?

Autrement dit, on projette sur l’idole toutes les questions que l’on se pose sur soi. Peut-être qu’en lui ressemblant, tout deviendra beaucoup plus facile ? D’ailleurs, souvent, on ne se contente pas d’adopter son style de vêtement, mais aussi ses opinions, voire son combat (politique, religieux, social…). C’est un autre soi en plus brillant, admiré, choyé dont on imagine que tout lui est dû ou du moins beaucoup plus accessible !  » J’adore Björk avoue Laura 14 ans, je suis totalement folle de ses disques, de ses fringues ou de ses clips. Elle est tellement créative. Elle est à l’opposé du produit préfabriqué du show-biz. C’est pour ça que je la respecte.  » Laura, déjà coiffée et maquillée comme sa star, avoue travailler sa voix pour lui ressembler.  » Il y a aussi un sentiment amoureux, précise le Dr Ageef, comme ces jeunes filles qui formaient une cour autour de Claude François…. ».  » Ado « , ça commence comme  » adorer  » : les sentiments d’amour, d’amitié mais aussi de haine ou d’admiration sont toujours exacerbés. Certain(e)s seraient même prêt(e)s à mourir pour leur idole…

Idole, à quoi sers-tu ?

Heureusement, l’adoration jusqu’à la mort reste rare. L’idole, dont l’image envahit la chambre et les pensées de son/sa fan, reste avant tout un être idéal, un amour virtuel, un modèle lointain. Avec la multiplication des stars, il n’existe aujourd’hui plus  » une  » idole en vogue. Tous, de 7 à 77 ans, accrochent des rêves inavoués au pas d’une célébrité ou d’un proche, parce qu’il personnalise une facette de soi que l’on voudrait voir se réaliser… Bien sûr, le danger est de perdre son esprit critique et de se perdre un peu soi-même. Ou encore de se dévouer corps et âme à une  » idole  » aux desseins malhonnêtes, comme les gourous. Mais en général, tatônner un peu avant de découvrir le véritable amour, ses propres qualités et sa voie, ne  » préjuge en rien de l’avenir. Il s’agit d’une étape tout à fait normale. En s’affirmant, le détachement va s’opérer  » conclut le Dr Ageef.

Aimer ça s’apprend, et l’idole sert à nous éclairer un peu le chemin…