Enceinte, examens médicaux à proscrire ?

L’environnement de la femme enceinte peut être néfaste au développement de l’embryon : tabac, alcool mais aussi exposition médicale peuvent nuire à son intégrité. Quels sont donc les examens médicaux qui court-circuitent le bon déroulement de votre grossesse ? Le point avec Michel Tournaire, obstétricien à l’Hôpital Saint Vincent de Paul.

L’imagerie médicale

Scanner, radios, IRM, échographies… : les techniques de diagnostic sont diverses ! La différence réside dans les moyens physiques utilisés : le scanner et la radiologie utilisent les rayons X, l’IRM les ondes radio, et l’échographie, les ultrasons. L’IRM et l’échographie ne présentent aucun danger pour l’enfant. Cependant, pour un IRM, le produit iodé normalement utilisé pour améliorer la révélation de l’image ne devra pas vous être administré. La thyroïde de l’enfant serait en effet menacée. Les rayons X des examens radiologiques et du scanner constituent en revanche un risque pour l’enfant. Ils font en effet partie des rayonnements  » ionisants « , susceptibles d’induire des lésions cellulaires ou génétiques. Mais,  » les doses émises lors d’examens radiologiques courants sont inférieures au seuil de dangerosité « , tempère le Dr Tournaire. Il faudra faire beaucoup plus attention pour un scanner -à fortiori lorsque celui-ci concerne l’abdomen ou le bassin- car les doses sont nettement plus importantes. Dans tous les cas, les effets sur l’enfant dépendent de multiples facteurs …

Des risques variables

Du 6ème au 9ème jour de la grossesse, votre enfant est un amas de cellules… qui forment une mûre ! Les rayonnements n’ont à ce stade aucune incidence sur son développement. Après cette période de prolifération cellulaire, les organes se forment : la mûre cellulaire devient embryon. C’est pendant cette étape d’embryogenèse que l’enfant est le plus sensible aux rayonnements. Elle dure jusqu’au 60ème jour et une exposition trop importante pendant ces quelques mois engendre un risque de malformation pour l’enfant. Dans la dernière phase de la grossesse -le stade foetal-, les risques de malformation diminuent. Mais ces données sont théoriques : le Dr Tournaire explique qu’il a déjà vu des futures mamans subir une vingtaine de radios (elles ignoraient leur grossesse ) et donner naissance à des enfants tout à fait normaux. Dans de telles situations, des spécialistes évaluent les risques pour l’enfant afin d’aider la mère à prendre une décision.

Mais si vous devez faire réaliser radio ou scanner alors que vous êtes en début de grossesse ou que vous avez constaté un retard de règles, prévenez le médecin qui pourra vous armer d’un tablier de plomb destiné à vous protéger des rayons X.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *