Imaginez que vous puissiez courrir librement dans un champs immense pendant 1 journée, et qu’ensuite vous deviez réintégrer une pièce de 4 mètres carré ! Telle pourrait être le symbole des expériences que vivent les personnes témoins de NDE. Pour comprendre ce qui se joue pour ces sujets, Psychonet Pro est allé rencontrer Djohar Si Ahmed, Psychologue, psychanalyste, depuis longtemps passionnée par ce sujet…
Djohar si Ahmed

A S: Quel est votre parcours et pourquoi vous êtes vous intéressée aux NDE, et aux états modifiés de conscience ?

D S A: Je suis psychanalyste, et docteur en psychopathologie. Je me suis d’abord intéressée aux phénomènes paranormaux chez des patients psychotiques, ce qui a fait l’objet de mon DEA, puis je me suis rendue-compte que ces phénomènes faisaient partie du fonctionnement mental. Je me suis alors fixée comme but de faire accepter cela au corpus universitaire, par l’intermédiaire d’un DEA sur  » Parapsychologie et psychoses « , puis en soutenant une thèse sur le thème :  » Paranormal et psychanalyse « , thèse qui a fait l’objet d’un livre.

Au cours de ces recherches et conjointement à des cours d’entraînement à la télépathie, je me suis rendue-compte qu’un parallèle pouvait être fait avec les états modifiés de conscience : en effet, sous état de relaxation, de détente les gens redonnent des informations induites sous forme de scénario de façon plus complète. Un travail thérapeutique semblait pouvoir se faire plus facilement. Je me suis alors intéressée à l’hypnose erycksonienne, et c’est dans ce contexte là que j’ai été amenée à rencontrer l’association IANDS, en même temps que sortait le livre de P Van Eersel.

Or, toujours en quête d’informations sur les états modifiés de conscience, j’ai rencontré S Grof. Je suis partie me former auprès de lui aux USA, et avec quelques autres psy nous avons introduit les pratiques et travaux de S.Grof en France, toujours en tant que psychanalystes. C’est dans ce cadre que j’ai commencé à écouter les personnes ayant eu une expérience de NDE.

A S Quelles ont été vos premières constations, vos premiers avis sur ce domaine d’étude ?

D S A: Plusieurs choses m’ont frappé.

La première était le manque d’intérêt des psychologues et psychanalystes pour ces phénomènes. Comme dit l’adage :  » rien de ce qui est humain ne peut m’être étranger « , or, ce manque d’intérêt était étonnant.

De plus les thèses des associations de NDE me semblaient biaisées, étant donné que ce sont ici les psychologues et les chercheurs qui sont demandeurs de témoignages et cela explique peut-être pourquoi les NDEistes ne vont pas parler aux psychologues de leur expérience pour la comprendre et l’intégrer.

Par ailleurs, les témoins ont beaucoup été  » fétichisés  » Ils ont été amenés à faire des conférences, et à incarner ainsi un rôle de porteur de la  » bonne parole « .

En fait, jusque dans les années 90 environ, on a magnifié l’expérience NDE. Elle a été conçue comme un modèle du passage vers la mort réelle. On en a presque oublié qu’il ne s’agit pas de la mort réelle. Peut-être traverserons-nous la même chose, mais nous n’en savons rien, et les NDE sont des rescapés de la mort, pas des morts ressucités. En revanche, je ne dis pas qu’il ne s’agit pas là d’expériences extraordinaires….

A S :Qu’est-ce qui caractérise une NDE positive et une NDE négative ?

D S A: En termes psychologiques, une NDE positive est un état d’élation, de narcissisation remarquable, de fusion dans un amour absolu, dans une compréhension de soi-même quasi globale…

Les NDE négatives sont l’inverse, terme à terme, des NDE positives: ce qui était symboligène devient diaboligène, ce qui était narcissisation devient horreur et angoisse, ce qui était lumière devient ténèbres, le paradis devient l’enfer etc…

Le plus difficile pour la personne qui a fait une NDE négative est alors d’en parler, car il y a beaucoup de culpabilité en jeu ; si les autres vivent une expérience si belle, et moi un voyage si terrifiant, c’est que je dois être un monstre !

C’est pourquoi il est très important d’informer les gens sur ce sujet, afin qu’ils puissent intégrer cette expérience.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *