Conversation sur la plage : le lieu de villégiature

Les bienfaits des conversations sur la plage

Pourquoi la plage constitue-t-elle la destination n°1 pour les vacanciers, le lieu de villégiature par excellence? Parce qu’elle nous donne vraiment l’occasion de « suspendre nos activités et d’échapper au marquage social, selon l’ethnologue Jean-Didier Urbain, auteur de Sur la plage, moeurs et coutumes balnéaires (éd. Payot). Explications.

Pourquoi la plage fait-elle rêver?

Parce qu’elle évoque le rêve océanien et ce depuis les années 60 où toute une mythologie exotique s’est mise en place: paréo, palmiers, villages vacances, mers du sud transparentes et tranquilles… C’est l’avènement de ce qu’on a appelé  » le nouvel âge de bronze « .

Qu’est-ce qui la différencie d’une autre destination ?

50% des vacanciers s’y rendent chaque été parce que c’est le lieu idéal pour échapper à la ville : on l’associe à des idées d’infini et même de vide, à des notions de commencement des temps. C’est le moment sacré où l’on conquiert, délimite, défend et organise un territoire, où le chef distribue les rôles à sa tribu, qu’il s’agisse d’une famille ou d’un groupe quel qu’il soit.

Que cherchons-nous à vivre de particulier sur la plage?

On s’y repose en tournant le dos à ses responsabilités, au sens propre comme au sens figuré. Mais c’est aussi l’occasion de ne plus être complètement soumis au marquage social, tout y semble permis de par la quasi-nudité qui s’y pratique. Le jeu des relations sentimentales et familiales se fait plus débridé et joyeux, l’individu mise dès lors sur ce qu’il fait et ce qu’il paraît pour communiquer avec l’autre.

Qu’est-ce qui rend la plage si attirante selon vous?

Je crois qu’elle permet à chacun de vivre son plaisir en échappant à la gravité sociale. Tout y est possible, on s’y montre et on regarde l’autre, chacun peut dire ce qu’il veut, s’inventer une autre vie, puisque la provenance sociale véritable ne s’affiche pas. La plage est un mélangeur de classes, un lieu de regroupement, un espace de simulation.

C’est cette représentation qui motive le vacancier et même si la réalité ne cadre par totalement avec cette description égalitaire et paradisiaque, nous recherchons malgré tout ce paysage de carte postale.