Perdre ses parents tôt

Perdre ses parents tôt

Au fur et à mesure que les enfants grandissent et deviennent des adultes, une partie cruciale de leur développement est d’apprendre à nouer des relations intimes. Malgré les premières expériences souvent difficiles qui font partie de l’adolescence et du début de l’âge adulte, ces expériences jettent les bases qui mèneront éventuellement à des relations sexuelles à long terme, au mariage et à la fondation d’une famille.

Pourtant, les racines de la capacité d’un enfant à établir des relations interpersonnelles commencent tôt dans sa vie et dépendent souvent de la qualité de la relation qu’il a avec ses parents. Selon la théorie de l’attachement, les jeunes enfants doivent s’attacher fortement à au moins une personne qui s’occupe d’eux et qui peut leur fournir l’amour et le soutien inconditionnels qui leur permettront de développer les aptitudes relationnelles nécessaires en grandissant. Bien que ce fournisseur de soins soit le plus souvent la mère, les chercheurs reconnaissent depuis longtemps que les deux parents jouent un rôle essentiel pour aider les enfants à développer une personnalité saine et la capacité de devenir intimes avec les autres.

Mais que se passe-t-il lorsqu’un enfant perd l’un de ses parents ou les deux avant d’atteindre l’âge adulte ?  Outre les problèmes inévitables liés au deuil et à la perte, le fait d’être privé d’un parent à un jeune âge peut-il influer sur le type de relations intimes que les enfants nouent après être devenus adultes ?

D’après la théorie de l’attachement, les chercheurs suggèrent que les enfants qui vivent un deuil prolongé après avoir perdu un parent sont vulnérables aux problèmes émotionnels à long terme en raison de leur incapacité à résoudre leur sentiment de perte. Il peut s’agir d’être sujet à des symptômes de dépression, d’être plus anxieux et renfermé, de manifester plus de problèmes à l’école et d’avoir de moins bons résultats scolaires que les enfants non endeuillés.

Les conséquences sur le long terme

Pour bon nombre de ces enfants, cela peut signifier des difficultés ultérieures dans les expériences de développement nécessaires à des relations intimes réussies.  Néanmoins, bien que des études antérieures aient examiné l’impact de la perte des parents sur les problèmes relationnels ultérieurs chez les enfants, elles se concentrent souvent sur la perte parentale par divorce ou séparation plutôt que par décès. Jusqu’à présent, la recherche réelle sur l’impact du décès d’un parent sur les problèmes relationnels ultérieurs a été relativement limitée.

Des résultats d’études récentes ont montré que les hommes et les femmes qui avaient perdu un parent avant l’âge de dix-huit ans courraient un risque beaucoup plus élevé de séparation conjugale que les hommes et les femmes non endeuillés. Ils semblent également plus susceptibles de contracter une union de fait plutôt qu’un mariage.

Les conséquences sur le long terme

Des implications différentes selon le facteur mis en cause

Les chercheurs ont également obtenu des résultats surprenants en examinant le sexe du parent décédé (si les enfants étaient plus touchés par le décès d’une mère que d’un père) et l’âge auquel l’enfant a perdu un parent (si les jeunes enfants étaient plus touchés par le décès que les enfants plus âgés). Avec les deux facteurs, aucune différence significative dans les problèmes ultérieurs n’est apparue qui contredisait ce à quoi les chercheurs s’attendaient d’après les recherches antérieures et la théorie de l’attachement.

Un facteur qui semblait jouer un rôle dans les relations ultérieures était la cause du décès d’un parent. Les enfants qui perdent un parent par suicide semblent beaucoup plus susceptibles de connaître des problèmes relationnels plus tard dans leur vie que ceux qui perdent un parent pour d’autres raisons. Cette constatation concorde avec les recherches antérieures qui ont démontré que la perte d’un parent à cause du suicide peut rendre les enfants particulièrement vulnérables à des problèmes émotionnels ultérieurs en raison de la stigmatisation entourant le suicide.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *