Comprendre et combattre le traumatisme

Le traumatisme est un choc émotionnel provoqué par un événement vécu de façon difficile et, pouvant s’exprimer de différentes manières.

Lorsqu’un événement traumatique surgit, celui-ci va prendre un caractère  » débordant  » que le sujet est incapable de contrôler, car non préparé et sous le coup de l’émotion.

Cet événement, vécu de façon dramatique par le sujet (qu’il en soit témoin ou victime) perturbe son équilibre affectif et provoque la mise en oeuvre de défenses qui signent l’existence du traumatisme subi.

Le fait traumatique peut être de l’ordre de catastrophes naturelles (tremblement de terre…), accidentelles (accident de la route, brûlure…), intentionnelles (guerre, divorce…)ou même fantasmatique, comme Freud le montre en parlant de la scène originaire, scène ou père et mère nous ont conçu !

Le traumatisme est subjectif, psychique. Ainsi, tout fait susceptible d’être traumatique ne l’est pas forcément pour tout le monde.

La façon dont cet événement va être vécu est liée à la sensibilité, à l’histoire personnelle du sujet et, varie donc d’un individu à l’autre, ce qui explique que certaines personnes assument plus facilement que d’autres un événement douloureux par exemple.

Le traumatisme a des répercussions après coup, plus ou moins longtemps après l’événement, sous forme de troubles psychiques et/ou somatiques : le sujet à des images en tête qui l’obsèdent et dont il n’arrive pas à se débarrasser, des cauchemars (ou réminiscences) où il revit la scène traumatisante, souvent avec terreur et angoisse.

Il peut mettre en place des conduites d’évitement des situations et endroits rappelant l’événement.

Souvent, les signes psychologiques sont de l’ordre de la tristesse, du pessimisme, avec parfois des signes dépressifs, des changements dans la personnalité ou l’humeur (colère, agressivité, difficilement contrôlables par le sujet). Des troubles psychosomatiques (comme la bronchite, l’eczéma, les douleurs abdominales, la disparition des règles pour la femme, apparition d’un diabète…) peuvent apparaître, et sont toujours un signal d’alarme du corps pour mettre en lumière la détresse psychologique.

La prise en charge est donc importante pour pouvoir permettre aux gens d’exprimer leur souffrance, leurs émotions (colère, peur…) C’est dans cette optique que se sont créées les cellules d’interventions médico-psychologiques, intervenant sur les lieux des catastrophes (attentats, prises d’otages, incendies etc..)

Pour plus d’infos :

Cellule d’interventions médico-psychologique :

01.44.49.23.09

Pour tout savoir sur le traumatisme et la notion de victime en Psychologie :

Précis de victimologie générale , J.Audet et J-F Katz, aux éditions Dunod.