La maternité du côté des pères

L’avènement d’un enfant conduit souvent tous les regards et toutes les préoccupations du côté de la future maman. Ah les envies de fraises de la femme enceinte, le ventre rebondi de la femme enceinte, les coups de blues de la femme enceinte… Mais qu’en est-il du futur père dans tout cela? Comment vit-il cette grande aventure qu’est la maternité? Rencontre avec Agnès Moreau, psychologue, psychanalyste et co-auteur de Devenir père, devenir mère: naissance de la parentalité (éd. Erès).

L’annonce d’une naissance à venir suscite-t-elle parfois des inquiétudes chez les futurs pères?

Apprendre que l’on va devenir père entraîne des transformations psychiques qui se mettent en place plus ou moins difficilement chez certains hommes, et pas forcément pour la première paternité mais aussi pour la 2ème , la 3ème… Parfois, certains présentent une crise intense, où les désirs de ruptures de couple et les passages à l’acte priment sur l’élaboration psychique. La raison en est simple: les hommes se sentent souvent chargés d’un rôle très important à l’arrivée d’un enfant. Un rôle de soutien de leur compagne et du bébé. Ils ont une place importante à jouer, et le sentiment de cette responsabilité peut parfois les vulnérabiliser. On remarque que les hommes participent de plus en plus aux échographies, et l’impact de ce réel dans le processus de la paternité peut provoquer chez certains des angoisses ou des mouvements dépressifs.

La paternité n’a donc rien d’inné et serait, au contraire, une construction progressive avec des réaménagements psychiques successifs?

Il y a une temporalité spécifique à la paternité du fait que l’homme ne porte pas le bébé, et n’a donc pas d’expériences sensorielles pendant la grossesse. En fonction de l’histoire de chacun et du moment de la grossesse dans la vie du couple, il va y avoir un travail psychique spécifique. Pour certains hommes, ce sera quand le bébé sera là que ce travail se fera. Il s’agit d’un travail de retour sur le bébé qu’on a imaginé être, des parents qu’on a imaginé avoir eu, et ce travail commence grâce aux étapes du réel qui jalonnent la grossesse: échographies, révélation du sexe de l’enfant…C’est aussi un travail sur la place de l’homme dans le couple, dans sa famille et dans sa fratrie.

Retrouvez-vous des pathologies de la paternité qui reviennent fréquemment?

Le plus fréquent, c’est la rupture conjugale en fin de grossesse, ou dans les tous premiers mois de la vie du bébé. Plus rarement, l’homme peut aussi se mettre à avoir des conduites addictives (alcool, toxicomanie…) ou des maladies somatiques (migraine, nausées, eszéma…). Enfin, dans certains cas, le futur père peut sombrer dans des pathologies lourdes. Il peut s’agir, par exemple, d’un état délirant qui se déclenche au moment de l’accouchement ou après. Ou bien des états psychotiques, paranoïde, où l’enfant est vécu comme persécuteur. Il peut aussi y avoir un déni de la filiation, voire, un délire sur la filiation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *