Accouchement avant terme, comment empêcher la mère de culpabiliser ?

Accouchement avant terme, comment empêcher la mère de culpabiliser ?

Même si votre bébé prématuré se porte bien, vous vous sentez toujours très coupable pour son « arrivée précoce ». Cela vous fait mal à chaque fois que vous vous souvenez de ces jours difficiles et stressants à l’unité de soins intensifs néonatals de l’hôpital, quand il a failli ne pas survivre.

Pour soulager la culpabilité, vous ne lui avez donné que le meilleur, comme lui sa nourriture biologique, lui acheter les jouets les plus chers et lui accorder toute votre attention, à chaque minute de la journée.

Mais vous ne devez pas ressentir cela. Voici 10 suggestions pour vous aider à surmonter ce sentiment de culpabilité

Arrêtez de vous blâmer

Dans près de la moitié des naissances prématurées, la cause est inconnue. Donc, à moins que votre santé et vos soins soient imprudents pendant la grossesse, vous ne devriez vraiment pas vous en vouloir

Écoutez les médecins

Ils vous ont expliqué à maintes reprises que l’arrivée prématurée de votre bébé n’était pas de votre faute et était indépendante de votre volonté.

Au lieu de rejeter leurs commentaires médicaux professionnels, acceptez que vous n’ayez rien fait de mal pendant votre grossesse.

Parlez à d’autres parents

Il y a de fortes chances que d’autres mamans de prématurés soient également victimes du syndrome de culpabilité – vous n’êtes pas la seule mère à ressentir cela. Vous serez rassurée d’apprendre qu’elles ont fini par vaincre cette forme intense d’auto-blâme.

Parlez à d'autres parents

Profitez de vos interactions avec bébé

Plutôt que de vous concentrer sur vos défauts (réels ou imaginaires), détendez-vous et profitez de la compagnie de votre tout-petit. Il vous aime et pense que vous êtes la meilleure maman de tous les temps et serait très ennuyée s’il savait que vous vous sentez coupable de son arrivée.

Reconnaître vos points forts

Par exemple, vous réussissez à lui faire finir son repas ou vous pouvez le calmer quand il est contrarié. Donnez-vous une tape dans le dos pour tous les succès que vous obtenez avec votre petit.

Soyez ravie des progrès de votre bébé

L’un des meilleurs antidotes à toute forme de culpabilité parentale est la prise de conscience de ses merveilleux progrès. Par exemple, bébé babille plus aujourd’hui que la semaine dernière, ou il rampe mieux qu’avant. Ceci est une preuve irréfutable que vous vous en sortez bien.

Partagez vos sentiments

Expliquez à votre mari que vous ne pouvez vous empêcher de vous en vouloir à la naissance prématurée de votre bébé. Parler de vos préoccupations, de vos doutes et de vos angoisses atténuera la tourmente intérieure que vous vivez actuellement. Son soutien aidera.

Soyez réaliste avec vous-même

Il est naturel que vous ayez des doutes sur vous-même. Chaque maman se sent parfois comme ça. Certaines plus souvent que d’autres.

Évitez l’erreur facile d’imaginer que tout ce qui ne va pas avec votre bébé est toujours de votre faute.

Réjouissez-vous

Réfléchissez positivement au futur merveilleux qui attend votre enfant.

Profitez de ses nouvelles réalisations chaque jour et imaginez à quoi il ressemblera dans une semaine, un mois et une année. Il a tellement de potentiel et d’excellentes expériences devant lui.

Parlez-en à votre médecin

Votre deuxième enfant naîtra-t-il aussi prématurément ? Votre premier accouchement a peut-être ébranlé votre confiance et votre enthousiasme pour l’agrandissement de votre famille, de crainte que cela ne se produise de nouveau.

Ne gardez pas ces peurs enfermées à l’intérieur. Discutez-en avec votre gynécologue et suivez ses conseils.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *