La pilule du lendemain, ca marche comment ?

Rapport non protégé, capote mal utilisée (attention aux ongles !), oubli de pilule… Ces situations (et d’autres encore) sont susceptibles de donner lieu à une grossesse non désirée. Bref, le scénario catastrophe. La solution d’urgence ? La pilule du lendemain, à n’utiliser que de façon exceptionnelle. Elle n’est pas efficace à 100% mais plus on la prend vite et plus on met les chances de son côté…

La pilule du lendemain, une solution d◊urgence

La  » pilule du lendemain  » ou contraception d’urgence, n’est à utiliser que dans les cas critiques, après un rapport non protégé ou mal protégé. La plus récente – et la plus efficace – est la pilule NorLevo®. Elle permet de bloquer l’ovulation et d’empêcher ainsi la fécondation, à condition de la prendre très rapidement : elle est efficace à 95 % si elle est prise dans les 24 heures qui suivent le rapport, puis ensuite à 85 % dans les 72 heures. Un second comprimé est à avaler 12 à 24 heures après le premier. Elle peut parfois provoquer des vomissements sans gravité, il faut donc juste veiller à ne pas vomir le comprimé.

Comment se la procurer ?

Depuis le décret du 9 janvier 2002, la contraception d’urgence par un progestatif (la NorLevo® donc) est disponible en pharmacie, sans prescription médicale ni autorisation parentale. Gratuite pour les mineures, elle est remboursée à 65 % pour les majeurs. Mais tu peux aussi te la faire prescrire par un médecin généraliste, un gynécologue, l’infirmière scolaire ou en t’adressant dans un centre de planning familial. Une consultation qui pourra te rassurer (mode d’emploi de la pilule, conduite à tenir en cas d’échec…) et te permettre de faire le point sur une contraception ultérieure.

Et après ?

Si tu as d’autres rapports, il faut utiliser un moyen contraceptif local – autrement dit fais ta provision de capotes ! – jusqu’au retour des règles suivantes. Celles-ci peuvent survenir quelques jours après la prise de la pilule d’urgence ou à la date habituelle. Après cinq jours de retard, on conseille de consulter ou de pratiquer un test de grossesse.

Enfin, si la pilule du lendemain ne comporte pas de contre-indications, son recours doit bien sûr rester occasionnel. Elle permet en effet d’éviter le traumatisme d’un avortement mais ne remplace pas une contraception régulière. Et puis comme toutes les pilules, NorLevo® ne protège en aucun cas du SIDA et des MST. Seule la capote (et oui, encore elle !) en a le pouvoir.

En savoir plus…

– Fil santé jeunes (service d’écoute anonyme et gratuit): 0 800 23 52 36.

– SOS grossesse: 3615 SOSG ou 01 45 84 55 91

– Planning familial: 01 45 84 28 25 à Paris (et de nombreuses antennes en province).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *