Contraception : ce qu’il faut savoir

A 17 ans, on est presque toutes passées à l’acte. Alors voici, pour rappel ou pour info, les règles de bases d’une bonne conduite contraceptive.

Quand la discrétion n’est pas assurée…

Vous êtes depuis plusieurs mois avec Maxime. Entre vous deux, c’est du sérieux, vous lui faites confiance, et vous avez le sentiment qu’il vous respecte. Toutes les conditions sont réunies pour  » passer à l’acte « . Mais voilà : avant d’avoir 18 ans et sa propre sécurité sociale, il n’est pas évident de cacher aux parents les consultations gynécologiques, tous les 6 mois, pour se faire prescrire la pilule. Et faire taire le médecin de famille à qui on doit avouer prendre un contraceptif, même s’il est en principe tenu par le secret professionnel, est parfois embarrassant. Bref, la discrétion n’est pas toujours garantie tant qu’on est pas indépendante.

Pour y remédier, il y a une solution à laquelle on ne pense pas toujours : les centres de planification familiale. Voici bientôt 30 ans que toutes les mineures peuvent prétendre à une consultation anonyme et à la délivrance gratuite et régulière de contraceptifs. On peut y poser toutes les questions que l’on veut, effectuer des dépistages de MST, se faire traiter. Seule l’IVG (interruption volontaire de grossesse) sera difficile à cacher à vos parents, mais pas impossible.

Les méthodes pas très fiables

S’il est inutile, voire dangereux, d’enfiler deux préservatifs (ils risquent de rester dans le vagin), il est prudent de cumuler capote et pilule. Quand on n’a pas encore une très grande pratique de la pose de cette chaussette pénienne, les accidents sont fréquents.

Il y a d’autres méthodes contraceptives mais leur fiabilité est plus que douteuse.  » Mon copain se retire tout de suite avant l’éjaculation. C’est une façon de lui montrer ma confiance « , explique Jennifer, 15 ans et demi. C’est ce que l’on appelle  » le retrait « .

Pour limiter les dégâts, autant avaler tous les jours une contraception orale. Les pilules sont désormais mini-dosées et ne font pas grossir. Bien prises, elles sont efficaces à 100 % et dès le premier jour. En cas de grosse catastrophe (oubli de pilule plus capote trouée), il y a la solution d’urgence : la pilule du lendemain. Les infirmières et les centres de planification familiale les délivrent gratuitement et bientôt les pharmaciens vont suivre. Vous avez toutefois 72 heures maximum pour réagir.

La meilleure contraception : pilule plus capote

Si vous en arrivez à l’IVG, c’est que vous avez négligé tous les codes de bonne conduite contraceptive. Le port du préservatif en fait partie. 85% des jeunes l’utilisent lors du premier rapport, il reste donc 15% de kamikazes.  » Avec mon copain, on a mis une capote les premières fois. Mais ça casse l’ambiance et on l’oublie souvent dans le feu de l’action « , avoue Ophélie, 16 ans. Passée la première fois, le préservatif reste très souvent dans la poche du pantalon. Résultat : 10 000 cas de grossesses de mineures par an, 10 à 30 % des ados touchées par la Chlamydiose, une MST qui rend stérile si elle est mal soignée, sans parler du Sida. Car là dessus, les jeunes filles n’ont pas de chance : elles sont beaucoup plus fertiles et plus sensibles aux MST que leurs aînées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *