Le look rasta

Bob Marley a popularisé le reggae dans le monde entier. Mais il ne se doutait pas que sa dégaine serait copiée. Les dread et le rouge-jaune-vert ne sont pas fashion, ils sont religieux. Si tu adoptes ce look, il faut y croire !

Rastaman vibration

Le rastafarisme est tout autant un culte qu’une philosophie de la vie. Lorsque vous chantez  » Jah live!  » avec Bob Marley, vous n’avez pas forcément idée de ce qui se cache derrière ces paroles. Il s’agit de religion et de politique! En Jamaïque oppressée par les colons, à la fin des années 20, certains leaders d’opinion réinterprètent la Bible. Ils expliquent que l’origine du christianisme est à situer en Afrique et précisément en Éthiopie. Selon eux, le Sauveur y sera réincarné. En 1930, un roi est couronné en Ethiopie, Tafari Makonnen ( Le Ras (titre de noblesse) Tafari, d’où le nom). Selon la prophétie, il sera considéré comme le messie, black et Africain ! Alors que ce pays entre en guerre, le mouvement prend de l’ampleur en Jamaïque.

Bob Marley sera le premier à populariser ce culte à travers le reggae. Les rastas mangent de la nourriture naturelle et saine, sont végétariens et ne fument pas de tabac mais de la ganga. Ils s’appuient sur cette phrase des Psaumes pour expliquer leur goût prononcé pour l’herbe :  » Une fumée montait de ses narines  » (du Tout Puissant  » et  » [… ] Ses feuilles [de l’arbre de la vie] servent à la guérison des nations.  » On ne fume pas des joints pour délirer, mais parce que ça rapproche de Dieu !

Un look culte !

Chez les rastas, on ne rigole pas avec son look. Il n’est pas là pour faire joli, mais répond aux enseignement de la Bible et du culte rasta, rien que ça ! Suivant les préceptes du livre sacré,  » jusqu’à ce que soit écoulé le temps pour lequel il s ‘est voué à Dieu, il sera consacré et laissera croître librement sa chevelure  » Les rastas ne se coupent donc ni la barbe ni les cheveux, ce qui explique les dreads et les locks qui poussent naturellement sur leur crâne ! Ces dreads les distinguaient à l’époque des businessmen de la société d’inspiration colonialiste des blancs, la fameuse  » Babylon « . Pour commencer vos locks, vous pouvez laver vos cheveux au savon de Marseille, puis les tresser à la base, et ensuite les crêter mèche par mèche.

Pour que ça tienne, rajoutez de la  » Wax « , cire naturelle pour les cheveux. Les filles qui ne veulent pas de dreads trouveront de quoi se faire des rajouts dans le quartier de Château Rouge à Paris, chez les coiffeurs blacks. Niveau fringues, il s’agit de porter des vêtements et des bijoux africains, que tu trouveras facilement au marché ou aux puces. Complète la tenue avec de vieux jeans, treillis et tee-shirt à l’effigie de Bob, de Peter Tosh, de Burning Spear…n’oublie pas d’arborer sur toi du vert, du jaune et du rouge, que l’on trouve sur les bérets ou les lacets. Il s’agit des trois couleurs du royaume d’Ethiopie, et non pas d’une recherche de style ! Si tu deviens rasta, lis la Bible, et ne sois plus jamais fashion victim !

– L’histoire des rastas sur http://membres.lycos.fr/chatnoirediteur/groupe/

– Les dreads mode d’emploi sur http://www.locolocks.fr.st/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *