Des réalisateurs en herbe contre le Binge Drinking

Des adolescents qui se terminent aux urgences après une nuit trop arrosée… Le phénomène n’est pas rare et même en pleine recrudescence. Contre le Binge Drinking, la Ville de Paris lance une campagne de prévention plutôt moderne : « The binge – Trop boire c’est le cauchemar « , dont l’objectif est de permettre aux jeunes de se sensibiliser les uns les autres par le biais de vidéos, avec un langage et des codes qui leur sont propres.

Une nuit en enfer

Le « Binge Drinking », ou l’art de boire beaucoup d’alcool, en très peu de temps est la nouvelle mode chez les jeunes qui a de quoi préoccuper. Alors que la consommation d’alcool s’était stabilisée depuis 2003, le jeu qui consiste à ingurgiter une grande quantité d’alcool en un court laps de temps, lui est en train de devenir une tendance reprise chez les plus jeunes parisiens. « Le phénomène s’est amplifié en France avec une augmentation de plus de 10 % entre 2005 et 2008, plus 14 % pour les filles, et plus 8 % pour les garçons » s’inquiète Jean-Marie Le Guen, adjoint au maire chargé de la santé, citant des chiffres de l’Observatoire français des drogues et toxicomanies.

En 2008, ce fléau venu d’Outre-Manche concerne près de 20 % des jeunes de 17 ans qui interrogés avouent avoir pratiqué ce type de consommation sévère (au moins 5 verres en une seule occasion et au moins 3 fois au cours du mois). Selon une enquête Escapad (enquête sur la santé et les consommations lors de l’appel à la préparation défense) publiée en juin dernier, et réalisée sur 39.542 jeunes âgés de 17 ans, 59,8% d’entre eux ont déjà été ivres.

Réalisateurs en herbe

Face à ces nouveaux comportements inquiétants, la Mairie de Paris lance un concours de mini films inspirés des films d’horreur. 6 films seront primés en mars selon plusieurs critères : originalité du scénario, pertinence du message de prévention au regard de la cible, qualité de la réalisation et de l’interprétation.

A tous les amateurs de Scream et de Rec, il est temps mettre en image vos idées sur l’ivresse. Caméra (téléphone portable ou web cam) au poing, le spot devra illustrer en 30secondes à 5 minutes, « l’enfer du binge drinking  » qui peut transformer une soirée en une nuit de cauchemar (perte de contrôle, comportements dangereux, violences physiques, verbales ou sexuelles, etc.)

Malgré de nouvelles mesures votées par l’Assemblée en mars dernier comme l’interdiction totale de la vente d’alcool aux moins de 18 ans et de la vente au forfait, pour Jean-Marie Le Guen, la prévention contre l’alcool doit s’adapter aux jeunes. « Nous avons décidé de relever le défi et de faire en sorte que ce soit la santé publique qui soit privilégiée pour les jeunes sur internet » a-t-il déclaré.

« On a voulu que les jeunes s’adressent aux jeunes, avec une conception participative », a indiqué Bruno Julliard, adjoint chargé de la jeunesse, précisant avoir voulu une campagne « ni dramatisante ni banalisante ».