Tatouages et piercings, un kiff quand on est ado

Tatouages et piercings, un kiff quand on est ado

Les tatouages et les piercings sont passés de la marge à l’avant-scène en une génération. Si votre adolescent vous en supplie, sachez que vous n’êtes pas le seul. Un sondage a révélé que 40 % des adolescents et des jeunes dans la vingtaine ont des tatouages. Parmi ceux qui en ont, près de 50 pour cent en ont de deux à cinq. De plus, près de 25 pour cent des adolescents ont un piercing à un endroit autre qu’un lobe d’oreille.

Bien que presque tous les États interdisent le tatouage et le perçage des mineurs, la plupart feront une exception si un parent l’accompagne. De ce fait, beaucoup d’adolescents espèrent en profiter.

Une question de tendance

Les tatouages, qui étaient autrefois considérés en pédiatrie comme la preuve d’un mode de vie quelque peu marginal et à haut risque, sont devenus suffisamment courants qu’il est maintenant possible d’entendre des étudiants parler de marquer leur individualité en ne se faisant pas tatouer. Tant de jeunes ont des tatouages qu’en 2015, les militaires ont assoupli les règles contre eux, ce qui décourageait trop de recrues potentielles, bien qu’il y ait encore des restrictions contre les tatouages offensants ou la plupart qui seraient visibles en uniforme.

Les mises en garde

Si votre adolescent semble intéressé à en obtenir un, alors il est temps d’en parler. Il est important d’aider les adolescents à apprécier la permanence des tatouages et des piercings. Discutez des stéréotypes potentiels sur les modifications corporelles et assurez-vous que votre adolescent ne ressent pas la pression de ses pairs.

Les adolescents ont souvent de la difficulté à envisager le long terme. Quant aux tatouages, le corps et la peau des adolescents n’ont pas nécessairement fini de grandir avant l’âge de 18 ans. Ce tatouage parfait à 18 ans pourrait être étiré, décoloré et de travers à l’âge de 24 ans. Le retrait d’un tatouage est coûteux et douloureux. La fermeture des oreillettes nécessite habituellement de la chirurgie plastique. Certains piercings ne se referment jamais, et certaines cicatrices ne disparaissent jamais.

Surtout, aidez les adolescents à comprendre les risques, pour la santé, associés aux piercings et aux tatouages. Si l’aiguille et l’équipement ne sont pas stérilisés, votre adolescent peut contracter une infection à staphylocoque, l’hépatite B ou C, le tétanos ou même le VIH/sida. Le meilleur conseil, si votre adolescent va se faire tatouer ou percer, est de vous assurer de choisir un salon autorisé et réputé.

Les mises en garde

Est-il assez mature pour prendre cette décision ?

Un enfant qui veut un tatouage pourrait d’abord envisager un tatouage temporaire pour voir ce que c’est que de se promener avec de la décoration sur le corps. Les parents peuvent également suggérer une période d’attente, même pour un jeune adulte, avant de continuer. De ce fait, le domaine quelque peu délicat de la « modification du corps » et de l' »art corporel » peut devenir une occasion pour aborder la discussion sur la nature des décisions permanentes, l’autonomie corporelle et la santé personnelle.

Par ailleurs, les professionnels de la santé ne devraient pas être critiques ou porter des jugements. Les médecins devraient inciter les adolescents qui envisagent de se faire tatouer ou percer à avoir ces conversations avec leurs parents, et s’assurer que les opérations ont lieu dans un endroit autorisé et hygiénique, et que les vaccins antitétaniques sont à jour. Ainsi, pour les adolescents qui ont déjà eu des problèmes de cicatrisation dans le passé ou qui peuvent avoir un système immunitaire affaibli, ou ceux qui ont eu le cancer et qui peuvent vouloir un tatouage à l’endroit d’une cicatrice, il faudra leur expliquer pourquoi le risque peut être plus élevé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *