Famille recomposée: les conflits types

La recomposition d’une famille confronte le couple à des situations inédites, à des difficultés bien spécifiques à surmonter.

Divergences des conceptions éducatives

« Patrice, mon compagnon, ne laisse pas ses fils (7 ans et 4 ans) sortir de table tant que tout le monde n’a pas fini. Il est exigeant sur les bonnes manières à table. Moi, je suis beaucoup plus cool. J’autorise mon fils Quentin (5 ans) à se lever de table quand il a fini son assiette. Je n’ai pas envie qu’il vive ces repas comme une contrainte mais comme un moment de plaisir. Du coup, quand on se retrouve tous ensemble le week-end, je sens une tension entre Patrice et moi à cause de ça », témoigne Valérie, 36 ans, qui vit depuis 6 mois avec Patrice. « Chez les couples qui se sont rencontrés tardivement, ce sont surtout les différences de conception d’éducation et les valeurs transmises aux enfants qui peuvent soulever des problèmes. Chacun reproche à l’autre la façon dont il a élevé ses enfants et veut imposer ses méthodes. Les conflits se cristallisent sur le passé », explique Marie-France Blain*, thérapeute de couple.

Différences de traitement vis-à-vis des enfants

« Au début, lorsque Paul et Antoine – les deux fils de Patrice – étaient à la maison le week-end, Patrice s’adressait à eux, comme si Quentin n’était pas là, raconte Valérie. J’avais du mal à supporter cela. Nous avons pu en parler calmement. Il m’a expliqué qu’il souffrait tellement de ne voir ses fils qu’un week-end sur deux, qu’il voulait rattraper le temps perdu, lorsqu’ils étaient là. Nous avons alors décidé que chacun aurait des moments privilégiés avec ses enfants le week-end, sans être toujours tous ensemble. En fait, cela nous fait beaucoup de bien à tous », témoigne Valérie.

L’argent

Loyer, repas, ménage… Quand tout le monde n’habite pas sous le même toit en permanence, le budget n’est pas toujours simple à partager et oblige à entrer dans des calculs qui peuvent paraître mesquins. « Au début, nous avions une certaine pudeur à parler d’argent. Quand on aime, on ne compte pas, dit-on. Mais il nous a fallu très vite mettre cartes sur table et définir des règles de partage précises, confie Valérie. Ca fait pas très romantique, mais au moins on y voit clair et ça évite les rancoeurs de part et d’autre »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *