Du tac au tac: une thérapie pour mon enfant ? Comment? Pourquoi?

Où aller et comment choisir un psy quand son enfant ne va pas bien? Comment se passe une séance et combien coûte-t-elle? Du tac au tac, quelques réponses à vos questions.

Où aller?:

Pour la petite enfance, les structures de services publics sont gratuites ou peu chères et très consultées – centre médico-psychologique (CMP) ou consultation pédopsychiatrique à l’hôpital -, d’où les listes d’attente souvent longues. Les parents peuvent aussi consulter les différents professionnels en psychologie de l’enfant exerçant en libéral.

Déroulement des séances:

Les séances ne se déroulent pas en présence des parents, sauf au début pour cadrer la demande ou que l’enfant est très jeune (nourrisson jusqu’à ses premiers mots). Ensuite, les enfants parlent, jouent, dessinent, font de la pâte à modeler, des collages etc. Cela dépend de la méthode de travail utilisée par le psychothérapeute. En fait, ils « jouent » leur problématique.

Durée et fréquence des séances:

Selon l’enfant, son humeur du jour, sa capacité à s’exprimer, la durée peut varier de 20 minutes à une heure. Une séance hebdomadaire est un bon rythme. La régularité est très importante, d’autant plus que la thérapie s’interrompt souvent pendant les vacances scolaires.

Durée de la thérapie:

De quelques séances à 2 ans en fonction du problème à régler.Prix: Gratuit dans les CMP (centres médico-psychologiques) ou les CAMSP (centres d’action médico-social précoce). En libéral, la thérapie est parfois prise en charge par la sécurité sociale, quand le praticien est psychiatre ou pédopsychiatre.

C’est pour votre enfant si:

Il ou elle souffre, ne s’adapte pas à une situation ou met en danger l’équilibre familial et/ou le sien et entrave son bon développement.