psychonet
"Je ne m'aime pas" : la relation mère/fille mise en cause par Serge Hefez

En tentant de cerner comment l'estime de soi s'inscrit dans la relation mère et fille, le psychologue Serge Hefez entre au coeur de la psychologie féminine entre complexité et mésestime de soi.
Le miroir aux alouettes
Spécialiste des problèmes de famille et de l'adolescence, Serge Hefez a co-animé six ateliers mères/filles pour tenter de lever le voile sur la transmission de l'estime de soi. En effet la confiance en soi est à l'origine de nombreux problèmes d'identité et de mal-être à l'âge adulte comme à l'adolescence. Se voir trop grosse, pas assez belle, peut être, pour le psychiatre, symptomatique d'une mauvaise transmission de l'amour de soi de mère en fille. Car la mère est un miroir pour sa fille.

Le rôle de la mère dans l'estime de soi
Pour Serge Hefez, "se sentir belle relève avant tout d'un sentiment intérieur de sécurité, d'une confiance en soi qu'il n'est pas toujours facile d'acquérir." Et dans cette acquisition difficile, le rôle de la mère est crucial. "Mieux vaut avoir bénéficié d'une mère qui vous a encouragée et qui vous a fait des compliments plutôt que de vous critiquer" souligne le psychologue.

Image d'une femme qui n'existe pas
Les médias poussent malheureusement les femmes à une perfection virtuelle inatteignable. Pour certaines jeunes filles ces modèles imposés peuvent entrainer des comportements néfastes pour la santé. Difficile de ne pas se sentir concerner par les images de perfection véhiculées par la mode, la publicité ou les magazines. "La publicité ne fait pas de bien à l'estime d'elles-mêmes des femmes" selon le docteur Serge Hefez qui rappellent qu'au cours de ces dernières années d'après une étude américaine, "seulement 2% des femmes se trouvent belles" ! Dès l'âge de 7 ans, de nombreuses petites filles sont déjà insatisfaites de leur image physique. L'impact des médias est donc coercitif sur l'estime de soi et même de plus en plus fort sur les générations. Face à la pression médiatique forte, les parents ont donc un rôle à jouer. Le dialogue est nécessaire aux jeunes pour limiter les effets et relativiser l'écart perçu par les enfants du modèle.

Source :
Enquête fond d'estime de Soi Dove en collaboration avec l'institut d'études StrategyOne

Etes-vous une mère étouffante ?

Question 1 / 10

Dans la rue, votre petite fille de 4 ans se fait agresser par un chien. Plus de peur que de mal. Néanmoins, vous :

Fustigez la désinvolture du propriétaire.
Hurlez après le propriétaire.
Emmenez votre fille illico aux urgences.

A lire également :

Sans foi(e) ni loi

Comment se passer de ce met des plus festifs en cette saison ?

C'est la Kata (sutra) !

Le sexe, quand on est une fille, n'est pas qu'une partie de plaisir. Les femmes doivent se rendre à l'évidence : les catastrophes sous la couette sont monnaies c [...]

L'amour vermeil

Contrairement aux idées reçues, le désir ne s'éteint pas avec l'âge, et l'intérêt pour la sexualité est toujours bien présent chez les seniors. Nécessitan [...]