Les articles les plus lus en 2008

psychonet
L'estime de soi : l'art d'apprendre à s'aimer

Tendance narcissique ou peu enclin à vous mettre en avant, l'estime de soi permet de se forger une image identitaire et de s'épanouir dans sa vie quotidienne. Comment la définir, la rebooster ? Et en quoi est-elle parallèlement liée dans notre culture, à la notion d'âge subjectif ? Christian Heslon, psychologue et auteur de Petite psychologie de l'anniversaire, nous répond.


Comment se forge l'estime de soi ?

Christian Heslon : Consolider, renforcer ou développer son estime de soi ne va, si j'ose dire, pas toujours de soi ! Il ne s'agit en effet pas d'une simple question de volonté ou de décision, mais de divers facteurs inconscients, liés à l'éducation et aux relations sociales actuelles. C'est sans doute dans l'enfance que se forge l'essentiel de l'estime de soi, qui dépend du regard qu'ont porté nos parents sur nous depuis notre naissance. De plus, l'estime de soi a partie liée avec ce que l'on appelle le " narcissisme " ou amour de sa propre image, qui se vit plus qu'il ne se commande. Il est donc délicat pour le psychologue de donner des " conseils " en la matière, puisque ce qui peut aider l'un sera inapproprié pour l'autre.

Quels sont vos astuces pour rebooster son estime de soi ?

C. H. : Ce que je peux vous dire c'est que l'estime de soi sort renforcée des expériences positives qu'il faut par conséquent rechercher : relations propices, réussites dans le domaine affectif, professionnel, sportif ou associatif, etc. A partir de quoi celle ou celui qui a tendance à répéter les expériences négatives dans sa vie pourra s'interroger sur cette répétition, en demandant éventuellement l'aide d'un thérapeute pour y voir plus clair plutôt qu'en rendre responsables ses proches, la société, l'état ou son patron. On peut également chercher à valoriser ceux que l'on aime et qui nous entourent, ce qui renforcera leur estime de soi et les amènera généralement à soutenir en retour notre propre estime de soi. De nombreux ouvrages existent sur cette question, tel L'estime de soi, un passeport pour la vie, de Germain Duclos.

Quel rapport faites-vous entre la fête et l'estime de soi ?

C. H. : Si la fête anniversaire fournit un prétexte supplémentaire à ce besoin général de relâchement que génèrent nos sociétés de la surveillance, de la suspicion et du contrôle, elle interroge directement l'image et l'estime de soi en mettant en scène la façon dont chacun vit singulièrement son âge. Ce ne sont donc pas toutes les fêtes qui contribuent à renforcer son estime de soi, mais seulement certaines d'entre elles et à certaines conditions.

La fête anniversaire est sûrement celle qui est la plus propice à ce renforcement de l'estime de soi, puisqu'elle fête une personne et veut généralement souligner ses qualités intrinsèques en la mettant au centre de la journée ou de la soirée. Les chansons, les photos projetées, le cadeau offert, les personnes présentes enfin gratifient, valorisent et narcissisent celle ou celui que l'on honore ainsi. Mais cela dépend également d'autres facteurs, notamment du degré de blues anniversaire et de l'écart entre âge subjectif et âge chronologique. Autrement dit, l'effet bénéfique de l'anniversaire en termes d'estime de soi n'existe pas toujours, même si on l'a observé et mesuré auprès d'enfants et d'adultes de divers âges, au moins jusqu'à 60/65 ans.

Qu'est ce que l'âge subjectif ?

C. H. : Il faudrait mieux considérer que nous avons trois âges : l'âge biologique, celui de nos artères, l'âge chronologique, donné par l'état-civil, et l'âge subjectif, celui que l'on ressent, que l'on aimerait avoir ou auquel on s'identifie. Nous avons l'habitude de mesurer l'âge biologique à l'aide de l'âge chronologique parce que nous disposons de l'état-civil et du calendrier grégorien. Mais d'autres cultures envisagent l'âge du corps à l'aide d'autres critères : scarifications rituelles, comparaisons de taille, vêture ou coiffure, etc.

Quant à l'âge subjectif, de nombreuses études ont montré qu'il est généralement inférieur à l'âge chronologique puisqu'à partir de 30 ans environ, le temps semble passer de plus en plus vite. On se ressent souvent comme ayant 35 ans, ou l'on aimerait revivre ou rester à ses 35 ans, alors qu'on approche en fait de la cinquantaine... Deux conséquences en résultent :
-La première est que l'on fête de plus en plus ses anniversaires à tout âge, ce qui est assez nouveau (depuis 20 à 30 ans). Ce sont notamment les anniversaires décennaux que l'on marque le plus (40 ans, 50 ans, 60 ans), ceux-là même qui nous font prendre conscience de l'écart entre notre âge subjectif et notre âge chronologique.
-La seconde est que nos vies sont de moins en moins gouvernées par des normes d'âge civil : travailler à 20 ans, se marier à 25, avoir ses enfants dans la foulée, etc. Tout devient de plus en plus possible à tout âge : se former tout au long de la vie alors qu'hier on n'allait à l'école que dans l'enfance ; avoir des enfants à tout âge, voire même après la ménopause, comme la technique médicale le rend possible.

J'ai tendance à penser que nous organisons de plus en plus nos vies en fonction de notre âge subjectif, puisque les normes d'âge se sont estompées, (ce que l'on appelle le " brouillage des âges "). Nous sommes dans la civilisation du " vieillir jeune ", qui fait que certaines personnes revivent une sorte d'adolescence à la cinquantaine, hier âge d'entrée dans la vieillesse. D'où par exemple le syndrome de Peter Pan ou le phénomène des " seniors ".


Merci à Christian Heslon, Psychologue, Maître de conférences qualifié affilié à l'IPSA (UCO Angers), et auteur de Petite psychologie de l'anniversaire, Editions Dunod, 2007.


Propos recueillis par Natacha Lieury

Testez votre confiance en vous

Question 1 / 15

Un(e) inconnu(e) vous sourit dans la rue, vous vous dites :

L'erreur est humaine et l'erreur, c'est encore moi !
Je dois avoir un heureux sosie !
Voilà quelqu'un qui a du goût, un esthète sans doute !

A lire également :

Camouflez vos cernes

Maintenant qu'ils sont là, difficile de faire sans !

Bébé aux sports d'hiver : quelles précautio ...

Initier dès son plus jeune âge votre enfant aux joies de la montagne n'a rien de répréhensible, au contraire. Mais n'oubliez pas que le petit bout est encore fr [...]

Tu me fais tourner la tête...

Voici une information de la plus haute importance. Si nous nous souvenons aisément des mouvements d'objets qui se déplacent vers l'avant, l'arrière, la droite, l [...]