psychonet
Quelle place accorder à ses beaux-parents ?

Comment se situer par rapport à sa belle famille ? Quelle place lui accorder ? Une place qui respecte les liens familiaux et les affinités personnelles, certes, mais pas toute la place car l'atmosphère dans le couple deviendrait vite irrespirable...
"Le mythe de la belle-mère n'est pas une invention !"

"Belle maman" n'est pas seulement le titre d'une comédie populaire. Dans les couples, celle-ci fait même souvent la pluie et le beau temps : si une belle-mère se montre trop envahissante, l'orage ne tarde pas à menacer. La preuve ? En Italie, les avocats estiment que les belles-mères, surtout celles qui n'ont jamais renoncé à leur empire sur leur fils chéri, sont à l'origine de 40 % des divorces. "Le mythe de la belle-mère n'est pas une invention, explique Jacques-Antoine Malarewicz, psychiatre, psychothérapeute et auteur de Repenser le couple (éd. Réponses/Robert Laffont). Il est même assez fréquent qu'à l'origine du problème dans un couple, on trouve l'irruption des beaux-parents, et surtout de la belle-mère. C'est un motif de demande de thérapie récurrent. Souvent, à l'intérieur du couple, l'un des deux n'a pas divorcé de ses parents. C'est d'autant plus vrai dans les familles méditerranéennes où l'aspect symbiotique reste très fort".

Un conflit de loyauté

Pour le couple, l'attitude face aux beaux-parents constitue souvent un révélateur. Particulièrement pour l'homme qui va devoir repousser sa mère à l'arrière-plan et laisser sa femme jouer le premier rôle. "De nombreux hommes sont pris dans un conflit de loyauté : ils veulent être loyaux vis-à-vis de leur mère et vis-à-vis de leur femme. La loyauté envers une mère est très forte car c'est un lien biologique, beaucoup plus fort, paradoxalement, qu'un lien contractuel entre mari et femme. Mais les hommes sentent bien qu'ils doivent faire un choix: l'avenir, c'est leur famille actuelle. Ils doivent donc apprendre à quitter leur mère sans avoir le sentiment d'être des méchants garçons qui laissent de pauvres femmes vieillir seules", ajoute Jacques-Antoine Malarewicz.

Divorcez de vos propres parents !

Avant de savoir quelle place accorder à sa belle-famille, il faut donc déjà accepter d'en "retirer" une part à sa propre famille, les territoires pouvant ainsi se redessiner. Car la "belle-mère" redoutée, voire diabolisée par tant d'épouses, est aussi, au sens figuré, une "belle maman" de conte de fée: une mère que l'enfant qui sommeille en tout homme continue parfois d'aimer plus que tout, sans laisser un espace suffisant à sa propre femme. "Il peut arriver aussi que la loyauté envers la mère soit le symptôme de ce que le couple fonctionne mal", explique le thérapeute. Avant de s'interroger sur ses relations avec ses beaux-parents, il faut donc s'assurer que l'on a bien divorcé de ses propres parents, et que son propre couple a trouvé sa vitesse de croisière.

A quel personnage de fiction ressembles-tu ?

Question 1 / 10

Pour toi, le plus important dans la vie c'est :

de se faire plaisir autant qu'on peut
de ne pas se laisser faire par les autres
d'avoir le maximum d'amis pour être heureux

A lire également :

Elections : comment séduire les femmes ?

Autorisées à voter seulement en 1945, les femmes semblent avoir pris leur revanche : désormais plus nombreuses à entrer dans l'isoloir que les hommes, elles pè [...]

La psychogénéalogie selon Anne Ancelin-Schü ...

A l'origine de la psychogénéalogie transgénérationnelle, la psychothérapeute Anne Ancelin-Schützenberger. Elle nous décrit les contours de cette méthode qu' [...]

Idées cadeaux pour Noël…

Le temps de la grande réunion au pied du sapin arrive à grands pas ! Et pour ceux qui n'ont pas encore acheté leurs présents, la joie des fêtes de fin d'année [...]